Juillet 2021, HOP – Halte à l’Obsolescence Programmée

Invité : Antoine Pesesse, membre du Conseil d’administration et du pôle sensibilisation de l’association du même nom 

La loi de 2015 dite « loi de transition énergétique », inscrit le délit de l’obsolescence programmée dans les textes et énonce « L’obsolescence programmée se définit par l’ensemble des techniques par lesquelles le metteur sur le marché d’un produit vise à en réduire délibérément la durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement ». Par cette loi, co-rédigée par Laetitia Vasseur, co-fondatrice et déléguée générale de l’association HOP, on comprend que l’obsolescence programmée, qu’elle soit technique, logicielle ou esthétique vise ainsi à réduire la durabilité du produit ce qui signifie également son irréparabilité. 

Face aux enjeux écologiques, sociales, économiques que recouvrent ces dérives commerciales, appuyées sur une vision économique du tout jetable, l’association HOP, par son action de plaidoyer vers les pouvoirs publics, de sensibilisation des citoyens-consommateurs et des entreprises, son travail d’enquête et d’actions en justice, interpelle et agit à tous les niveaux pour lutter contre l’ensemble des pratiques concourant à l’obsolescence programmée. Attachée aussi à proposer des solutions concrètes afin d’amener un changement de paradigmes vers une économie circulaire, celles par exemple de l’économie de la fonctionnalité ou de l’économie collaborative, l’association HOP présente dans son livre blanc, 50 mesures pour une consommation et une production durables, allant de la mise en place d’un compteur d’usage sur les produits électroniques et de l’électroménager, à la création d’un fonds RéparAction, en passant par la promulgation d’un système de Bonus-Malus sur l’éco-contribution versée par les entreprises en fonction de la durabilité de leurs produits, la mutualisation des équipements dans les ensembles de logements, la disponibilité et le libre accès aux pièces détachées, le renforcement des filières de la réparation, la création d’un indice de durabilité et de réparabilité affiché sur les produits, la garantie de 5 ans, la réversibilité des mises à jour sur les logiciels et bien d’autres propositions à même de renforcer cette durabilité des produits et favoriser le réemploi, le reconditionnement, la location, l’échange, le prêt, l’occasion, le don… Autant de pratiques à intégrer dans une approche de l’éco-conception des produits.

Plus d’infos : 

https://www.halteobsolescence.org/

https://www.produitsdurables.fr/

https://www.clubdeladurabilite.fr/

Laisser un commentaire